GALERIE >
ACTUALITÉS
> Merveille écologique, igloos...
Une merveille écologique : la polynie !
Alors que l'océan Arctique se couvre de banquise, une grande zone de plus de 80 000 kilomètres carrés, soit environ la taille de la Bretagne, reste libre de glace. Cette zone, nommée polynie, se trouve au nord de la baie de Baffin, entre le nord-ouest du Groenland et l'île canadienne d'Ellesmere.
Les baleiniers européens des siècles précédents l'appelaient "L'eau du Nord" et les groenlandais la nomment "Pikialasorsuaq", qui pourrait se traduire par "le grand jaillissement (d'eau)" en kalaalissut, la langue inuit du Groenland.
C'est la plus grande et la plus importante polynie en Arctique.

D'après M. Dumont, chercheur de l'Université de Québec, cette polynie doit son existence au détroit de Nares, au nord du bassin de Kane. En effet, peu d'eau circule par ce détroit entre le nord du Groenland et l'ile d'Ellesmere, faisant communiquer les bassins océaniques atlantique et arctique, car habituellement ce détroit est bloqué par des icebergs, ce qui en fait un blocus impénétrable.
Au sud de ce blocage, des vents violents balaient la surface de la mer, empêchant la prise de la glace. Une partie du Gulf Stream qui remonte le long de la côte ouest du Groenland contribuerait aussi à ce phénomène.
Cette zone sans glace joue un rôle primordial dans l'écologie arctique. Pratiquement à la même place chaque année, cet espace permet la présence de mammifères marins car la faible couverture de glace offre des trous de respiration pour les bélugas, narvals... qui ne pourraient survivre sans remonter respirer à la surface.
Et, dès la réapparition du soleil, la lumière entraîne une intense production de phytoplancton, base d'un écosystème très riche... un grand garde-manger pour de nombreux animaux mais aussi pour les inuit ! Mais ceux-ci craignent qu'avec le réchauffement et la réduction de la banquise, le détroit de Nares ne soit plus bloqué, ce qui entrainerait la diminution, voir la disparition de cette polynie !
Des igloos.. dans l'Himalaya !
Alors qu'il va essayer de gravir le second plus haut sommet de la planète, le K2, encore jamais vaincu en hiver, l'alpiniste basque Alex Txikson s'abrite dans un igloo !
En effet, ses propriétés sont très intéressantes par rapport aux tentes habituellement utilisées. Dans l'Himalaya, les vents peuvent être très violents et les températures jusqu'à moins 45 °.
En construisant des igloos pour remplacer les tentes, les alpinistes vont gagner en confort : alors que les tentes sont secouées en continu et que le bruit est omniprésent, il n'y a plus de vent dans l'igloo et donc un grand calme. Les températures y sont aussi bien plus élevées, pouvant être presque positives en raison des excellentes qualités isolantes de la neige.
De plus, l'espace plus grand et la ventilation permettent de limiter la condensation qui trempe les sacs de couchage dans les tentes. "La meilleure nuit de mes expéditions hivernales " a déclaré l'alpiniste ! Mais si les inuit mettent peu de temps à construire un igloo, c'est plus compliqué pour les alpinistes que de déplier une tente !

Un igloo se construit en spirale, de façon continue. Les blocs sont découpés en biseau afin que la couche suivante s'incline vers l'intérieur et les interstices sont calfeutrés avec de la neige. Mais il ne faut pas oublier de créer de petites ouvertures en plus de la porte pour la circulation de l'air !
> Caribous ou Rennes ? Albinos, Braquage...
Caribous ou Rennes ?
Le Rangifer tarandus est appelé "caribou" en Amérique du nord et "renne" en Europe du Nord et Russie.
Alors que le caribou est sauvage, le renne a été partiellement domestiqué afin de servir d'animal de bât et de monture.
Le Rangifer Tarandus est un animal pouvant peser jusqu'à près de 200 kilos pour les mâles, alors que les femelles ont un poids moyen d'une centaine de kilos. Mâles et femelles portent des andouillers, parfois appelés bois, qu'ils perdent tous les ans et qui repoussent grâce à un velours très vascularisé. De nombreuses sous-espèces existent, ayant des différences d'habitat, de morphologie, de couleur...

Le réchauffement climatique a une action importante sur les populations de rennes et de caribous. Le nombre de caribous est estimé a un peu plus de 2 millions contre près de 5 millions il y a 20 ans !
Une diminution moyenne de 56%, mais pouvant aller jusqu'à 73% voir plus de 95% pour certaines hardes au Canada, d'après le rapport de 2018 "Arctic Report Card Tracks region's environnemental changes".
En cause, les températures élevées qui amènent de plus en plus d'insectes qui épuisent les animaux en "pompant" leur sang et transmettent des maladies, le recul de la foret boréale en raison de la recherche minière et de la sylviculture, la pollution... et la chasse.
Don Russell, chercheur au Yukon College, indique que, même si certains ont pris de mesures drastiques sur la chasse, il faut encore réduire ces prélèvements.
Or ces animaux sont pourtant vitaux pour les autochtones. Cela aura donc une influence sur leur qualité de vie, sachant que plus de la moitié de la population inuit déclare vivre en insécurité alimentaire ( données : Statistique Canada).
Sans parler de l'impact de cette disparition sur le fragile écosystème arctique .... et sur la distribution des cadeaux du Père-Noël dans quelques années !
Un phoque albinos près de Pangnirtung
Alors qu'il était dans un fjord proche de son village, Leopa Akpalialuk a remonté un phoque dans son filet. Surprise celui-ci était blanc - rose !
"Mais le phoque était mort avant que je puisse le libérer" a dit Leopa.
Car, traditionnellement, les animaux albinos ne sont pas chassés mais respectés.
Depuis qu'il a été attrapé, la grande majorité des habitants de ce village de 1500 personnes est venue le voir !
M. Ferguson, chercheur au Ministère des pêches et des Océans, a déclaré qu'il était extrêmement rare d'en trouver et qu'il ne connaissait que 4 cas dans le monde, toutes espèces de phoques confondues.
Pour les inuit, les animaux albinos, .............

En Arctique mais pas chez les Inuit...
Longyerbyen est la seule ville du Spitzberg, dans l'archipel du Svalbard.
Ses 2500 habitants vivent sur cet archipel appartenant à la Norvège dont le seul moyen d'accès en hiver est l'avion et où il y a moins de 50 kilomètres de route au total !
Ce qui n'a pas découragé un "braqueur" qui a attaqué la plus nordique banque du monde le 21 décembre !
Pourtant la banque indique bien sur sa porte qu'il n'est pas possible d'y entrer armé, alors qu'il est normal de voir tout le monde circuler avec des armes en raison de la présence de nombreux ours polaires dans l'archipel.
De passage, ce voleur n'avait sans doute pas pensé......

Inscrivez-vous pour recevoir les informations au complet !