GALERIE >
ACTUALITÉS
2021  2020  2019  2018  2017  2016  2015  2014  2013  2012  2011  2010  2009  
> Inventions et Pavillon inuit du musée de Winnipeg
Découvrez des inventions inuit

Alors que l'igloo et le kayak sont bien connus comme étant des inventions inuit, savez-vous que de nombreuses autres créations sont parvenues jusqu'à nous, comme :
- Lunettes de soleil : utilisées pour se protéger de la réverbération du soleil sur la glace et la neige, les lunettes de neige sont les ancêtres des lunettes de soleil.
Apparues probablement vers le Xème siècle, elles étaient faites en os, ivoire de morse ou parfois en bois.

- Anorak : ce mot désignait à l'origine un vêtement imperméable qui s'enfilait par la tête et permettait les activités physiques comme la navigation en kayak. Les plus anciens étaient faits avec les matériaux disponibles et ayant des propriétés d'imperméabilité, comme les boyaux d'animaux ou la fourrure.
L'anorak porté dans le kayak était le plus souvent en boyaux de baleine ou d'autres animaux marins, cousus par bandes.

- Bottes d'hiver : portées depuis des centaines d'années par les inuit, les bottes leur permettaient de maintenir leur pieds au chaud et au sec selon les saisons.
Elles sont faites de plusieurs couches, avec des peaux d'animaux, dont des peaux de caribous ou de phoques à l'extérieur et cousues avec du tendon assurant l'imperméabilité par sa capacité à gonfler avec l'humidité et donc à "boucher" les trous de l'aiguille.
Les bottes actuelles pour les grands froids s'inspirent de ces différentes couches.

- Inuksuit (pluriel d'Inukshuk) : ces structures de pierres utilisées comme points de repères sont les ancêtres des panneaux de signalisation (ou des GPS !). Construits souvent sur des points hauts, ils permettaient de donner des indications sur l'espace, en particulier l'hiver, lorsque la neige et la glace avaient modifié les reliefs.
Les inuksuit pouvaient avoir de nombreuses autres fonctions comme "épouvantails " pour les caribous, ils permettaient de les diriger vers un endroit où il serait plus facile de les chasser ou, regroupés près d'une rivière, ils indiquaient le lieu de traversée des hardes.
Ils pouvaient aussi avoir des fonctions spirituelles ou chamaniques.
Certains ont plus de 1000 ans.

Mais aussi le foret à archet, le harpon à flotteur, le flotteur sur le kayak, les traineaux et leurs patins...
Qaumajuq, le pavillon Inuit du musée de Winnipeg

Le nouveau pavillon d'art inuit de la Winnipeg Art Gallery (WAG) disposant d'environ 14 000 oeuvres vient d'être inauguré !
Son nom Qaumajuq (prononcer Kow-ma-yourq ou How-ma-yourk) qui veut dire "c'est brillant, c'est lumineux", célèbre la lumière qui illumine les terres arctiques.
Après plusieurs années de construction, les collections d'art inuit ont été disposées dans ses espaces, conçus pour accueillir des visiteurs mais aussi pour permettre à des artistes de venir s'y exprimer.
Ce lieu de rassemblement devrait permettre de mettre en oeuvre un véritable esprit de réconciliation entre les peuples du Nord et du Sud.
Visible à l'extérieur du bâtiment, une immense pièce de plusieurs tonnes en marbre a été créée par l'artiste Goota Ashoona. C'est une Sedna (sorte de sirène, mythe de la création) et 2 visages de femmes partageant la même bouche et chantant des chants de gorge.
> Nouveaux horaires fermeture à partir du 16 janvier
Nous vous informons qu'en raison des décisions gouvernementales, la galerie fermera à 18h, à compter du samedi 16 janvier.
Nous vous remercions de votre compréhension.
> Découvrez les céramiques inuit, le sexe des rennes, des livres et films...
Céramiques : Alors que les sculptures et les estampes sont des formes bien connues de l'art inuit, il existe aussi des oeuvres en céramique.
Un projet visant à développer le travail de l'argile a vu le jour à Rankin Inlet, village à l'ouest de la baie d'Hudson, après la fermeture de la Mine North Rankin Nickel en 1962. Cette mine employait de nombreux inuit qui se sont retrouvés sans ressources.
Le gouvernement canadien a alors lancé un programme d'artisanat pour les aider, guidés par des enseignants des arts et métiers venus du sud, dont Claude Grenier, céramiste de formation.
La capacité inuit à s'adapter et ce depuis des générations, leur avait permis de survivre. Cette qualité fut transférée dans le domaine de l'art, où les propositions et suggestions de Grenier furent -ou non, acceptées et intégrées sans altérer l' "inuitude" de leur travail.

Un des problèmes rencontrés par le développement de l'activité de céramiste fut la nécessité de faire fonctionner un four alors que les capacités énergétiques dans les villages étaient encore extrêmement limitées. Mais, avec l'abandon de la mine, le supplément d'énergie électrique disponible put être utilisé pour le faire fonctionner.
Un autre problème fut de trouver de l'argile. Il fallait la faire venir du sud !
Enfin, en 1964, Grenier enseigna les rudiments à ceux qui avaient accepté d'essayer ce nouveau médium, si différent du dur basalte que les sculpteurs avaient l'habitude de travailler dans cette zone.
Durant plusieurs années, le studio où les céramiques étaient produites devint le centre actif du village. Mais, quand elles furent envoyées dans le sud, les céramiques représentant des têtes avec des animaux à la place des yeux ou du nez, les pots avec des scènes de chasse... ne semblèrent pas convaincre les bureaucrates à Ottawa.
Ceux-ci demandèrent d'arrêter cette production pour faire des bols et autres objets utilitaires !
Heureusement, refusant de faire des poteries utilitaires, Grenier laissa les artistes s'exprimer librement.
Mais dans le sud, les acheteurs n'étaient pas prêts à payer pour de l'argile cuite qui n'avait pas un cachet d' "authenticité inuit", bien que des expositions dans différents musées et galeries aient été populaires.
Ce programme a perduré jusqu'en 1977. Puis il a dû s'interrompre lorsque le soutien financier institutionnel fut arrêté...

Depuis le programme a repris grâce un couple d'artistes américains, Sue et Jim Shirley, Jim étant devenu officier du développement artistique pour les Territoires du Nord Ouest (nom de la province avant la création du Nunavut en 1999).
Ils ont ouvert la Matchbox Gallery en 1987, invitant des artistes du sud à se confronter aux artistes inuit.
"Vous ne pouvez pas travailler avec des inuit et imposer un style ou une approche. Ils sont très individualistes. C'est leur force, culturellement" dit Jim Shirley.

Découvrez des artistes céramistes dans des interviews filmées :
https://vimeopro.com/mikenelson/inuit-sculptors-from-nunavuut/video/72554868 Exposition en ligne du Musée Gardiner deToronto :
https://artsandculture.google.com/exhibit/northern-visions-contemporary-inuit-ceramics/xwJiB8GdEcj2Kw La Matchbox gallery http://www.thematchboxgallery.com/MatchboxGallery.html
.....
Rennes du Père Noël :
Une étude d'un zoologiste d'un musée de Nouvelle Ecosse nous apprend que les rennes du Père Noël sont des femelles !
Chez les rennes, les mâles et les femelles ont des andouillers (aussi appelés bois). Mais les mâles les perdent en novembre après la saison des accouplements. Les femelles ont des bois plus petits et simples qu'elles perdent seulement au printemps, avant la mise bas.
Donc en décembre, les seuls rennes qui ont des bois sont des femelles... CQFD !

Films : Igloo, 3000, films d'animation, Qallunaat...
- C'est l'hiver, alors apprenez à construire un igloo.. on ne sait jamais !
https://www.onf.ca/film/comment_construire_votre_iglou/ (10 minutes)
- Film expérimental : 3000 ans de culture inuit en 14 minutes, mêlant images d'archives, animations, chants =>https://www.onf.ca/film/trois-mille/
- Sans oublier 2 petits dessins animés du labo d'animation du Nunavut :
La version de l'ours https://www.onf.ca/film/nunavut_animation_la_version_de_lours/
Lumaajuuq https://www.onf.ca/film/labo_animation_nunavut_lumaajuuq/
- Et surtout Qallunaat! Pourquoi les blancs sont drôles de Mark Sandiford en 2006 - 52 minutes
https://www.onf.ca/film/qallunaat_pourquoi_les_blancs_sont_droles/


Lectures
"L'ours polaire et le Droit, Signaux d'alerte" de Jean-Marc Neumann
".....Protéger l'ours polaire et son environnement représente aujourd'hui un véritable défi. Ce n'est pas seulement son avenir qui est en jeu mais celui de l'humanité toute entière."
Sorti en novembre 2020 - Disponible chez L'Harmattan et dans toutes les bonnes librairies.

Sans oublier de se (re)plonger dans "Rêves Arctiques" de Barry Lopez, qui vient de disparaitre à l'age de 75 ans.
Un classique magique et intemporel !