GALERIE >
ACTUALITÉS
2022  2021  2020  2019  2018  2017  2016  2015  2014  2013  2012  2011  2010  2009  
> Les oiseaux à l'honneur
Les oiseaux sont à l'honneur à la galerie jusqu'à la fin du mois de septembre...
Plus que quelques jours pour profiter d'une remise exceptionnelle de 10% sur les sculptures et estampes sur ce thème !
> Réchauffement, Oiseaux, Groenland, Films, Conférence
Réchauffement au Groenland

Dans une étude parue dans Nature Climate Change, le 29 août, les glaciologues du Service National de Géologie du Danemark et du Groenland (GEUS), pensent que le réchauffement actuel, en dehors de toute augmentation supplémentaire, devrait provoquer une fonte d'environ 3% du volume de la calotte glaciaire du Groenland d'ici 2100.

Ce qui provoquerait une élévation de presque 30 cm du niveau des mers du globe !
Et ce ne sont que des estimations basses car elles ne prennent pas en compte les variations futures. Une estimation basée sur des fontes extrêmes comme en 2012, entraînerait une élévation du niveau de la mer de près de 80 cm !
Ces chercheurs, sans être précis, pensent que cette élévation se produira avant l'an 2100.

Pour rappel, l'inlandsis du Groenland couvre 1 710 000 km2 soit 2400 km de long et jusqu'à 1000 km de large et son altitude moyenne est de 2135 m (taille de la France = presque 544 000 km2) .


En Arctique durant l'été, environ 80 espèces d'oiseaux sont recensées !

Du mergule nain, qui ne pèse qu'environ 150 grammes et qui est probablement l'oiseau marin le plus abondant, à l'emblématique harfang des neiges, de très nombreux oiseaux passent l'été en Arctique pour se reproduire.
Mais tous sont affectés par le réchauffement et la pollution.
Le mergule, par exemple, plonge jusqu'à 50 m de profondeur pour s'alimenter en zooplancton. Mais celui-ci est de plus en plus petit et maigre. Le mergule devra donc plonger plus longtemps, sur des distances plus grandes et donc dépenser plus d'énergie pour survivre.
De son coté le harfang est classé par l'Union Internationale pour la Conservation de la Nature comme vulnérable, car sa survie dépend des ressources en lièvres, lemmings... qui vivent dans la toundra. Et ceux-ci sont aussi impactés par les changements climatiques.

Mais rares sont les oiseaux qui passent toute l'année en Arctique ! Seules quelques espèces résistent à l'hiver polaire, comme le harfang, le grand corbeau ou le lagopède nain.

Dans l'art, les oiseaux sont aussi représentés, aussi bien en tant qu'animaux, que dans des représentations d'histoires et de mythes ou des transformations chamaniques.
Bien sûr, Kenojuak Ashevak en a dessiné énormément, mais d'autres artistes graphiques ainsi que de nombreux sculpteurs ont aussi traité ce sujet.

Durant tout le mois de septembre, nous vous proposons une remise exceptionnelle de 10% sur plus de 50 sculptures d'oiseaux et de nombreuses estampes sur ce thème !
Exposition" Destination Groenland" à Cahors

A travers des photos, vidéos, présentations interactives, objets... cette exposition gratuite s'attache à mettre en lumière ce territoire, sans omettre les enjeux climatiques.
Maison de l'eau, jusqu'à la fin de l'année.


Le film "Nanook of the North" à 100 ans !

Le film de Robert Flaherty, sorti en 1922, avait reçu un accueil très chaleureux tant en Amérique du Nord qu'en Europe. Actuellement, on considère que le réalisateur a contribué à établir le style "documentaire".
Mais il l'aurait fait sur la base de fausses représentations et d'une appropriation culturelle et ethnocentrique. Ce qui a contribué à ancrer de nombreux stéréotypes sur le peuple inuit... ce qui fait polémique.

Pourtant, pour les habitants d'Inukjuak, ce sont les premières images animées de leur communauté, qu'ils visionnent avec humour et curiosité, retrouvant des lieux connus et des traditions ancestrales, voire des membres de leur famille.


Conférence : En hommage à Jean Malaurie pour son centième anniversaire

La Société de Géographie propose une conférence "Passions Arctiques" avec Mme Giulia Bogliolo Bruna, ethno-historienne spécialiste de la culture inuit et Mme Daniele Zappalà, géographe.
Les enjeux du changement climatique et de ses impacts seront aussi évoqués.
Le film Nanouk l'Esquimau sera projeté durant cette soirée.

Jeudi 22 septembre 2022 à 18h. Entrée libre dans la mesure des places disponibles
Grand Amphithéâtre 184 Bd St Germain, Paris


Films encore au Centre Pompidou qui propose "Au Canada ... Traversée documentaire"

Très nombreux films et documentaires du 7 septembre au 17 novembre dont " Inuk Hunter" le lundi 19 septembre à 20h, " Les aventures de Tuktu" (Jeune public) le 13 novembre à 17h...
> Contraception forcée, Ours, Rafraîchissez-vous, Fermeture annuelle.
"Spiralkampagnen" la contraception forcée dans les années 1960 au Groenland.

Depuis quelques semaines, la presse groenlandaise aborde le scandale des années 1960 où les autorités danoises auraient lancé une politique de régulation de la population groenlandaise.
En effet, face à la croissance démographique forte, les danois auraient placé des milliers de stérilets sur des femmes et jeunes filles groenlandaises, sans leur accord, bien sûr.
Entre 1960 et 1970, environ 4500 femmes groenlandaises auraient été concernées, soit une femme sur 2 en âge de procréer.
Cette campagne aurait continué jusqu'à la fin des années 1970.

Des élues groenlandaises, comme ci-dessous Aki-Matilda Hoegh-Dam, souhaitent que toute la lumière soit faite et que l'affaire soit portée devant la Cour Européenne des Droits de l'Homme.
D'après l'anthropologue française Joëlle Robert-Lamblin qui a séjourné dans le village d'Ittoqqortoormiit à cette période, de nombreuses femmes s'étonnaient de ne plus avoir d'enfants...

Groenland encore... mais avec une étude sur une population d'ours

Depuis la publication des résultats de recherche sur une population d'ours au Groenland, les médias se déchaînent.
En effet, ces résultats sont présentés comme étant ceux d'une nouvelle espèce. D'autres spécialistes considèrent que ce n'est qu'un sous-groupe, ayant génétiquement évolué, sans contact depuis probablement des centaines d'années avec d'autres groupes.
Actuellement, le nombre d'ours est estimé entre 22 et 32 000 répartis en 19 populations entre la Russie, les USA (Alaska ), le Canada, le Groenland et la Norvège (Svalbard).

Cette population d'ours au sud-est du Groenland est intéressante car elle a dû s'adapter à des conditions différentes de celles des autres populations. A savoir un habitat avec moins de glace de mer, la banquise dans cette zone ne durant que 4 mois, de février à fin mai.
Les ours utilisent donc les morceaux de glace provenant des glaciers pour attraper les phoques.... La taille des femelles est plus petite que la moyenne et elles ont moins de petits.

Même si une extrapolation sur le devenir des ours en raison de la diminution de la banquise semble prématurée, cette adaptation montre que des zones identiques pourraient peut-être devenir des refuges climatiques à petite échelle.
Cet été, rafraîchissez-vous en regardant, en lisant, en visitant...
- Documentaires sur Arte " La maison Rouge avec Survivre au Groenland et Un Avenir au Groenland"
Sur la côte est du Groenland, à Tassilaq, fondée par le sportif de l'extrême italien Robert Péroni en 1990, la Maison Rouge est un lieu de rencontre et d'entraide ouvert à tous, touristes de passage ou groenlandais, travailleurs sociaux, adolescents...
Les deux documentaires et reportages de 44 minutes tournés au Groenland sont visibles jusqu'au 18 septembre 2022.
Même si on y retrouve quelques clichés et lieux communs, de très belles images vous apporteront un grand bol d'air frais.

- "Summit" Livre policier de Mo Malo avec sa 4ème enquête au Groenland Le chef de la Police locale, Qaanaaq Adriensen, mi-Inuit, mi-Danois, organise la première réunion de l'Association de la Police Scandinave. Mais des participants disparaissent.
Dans le blizzard et la glace, les protagonistes sont coupés du monde...
L'intrigue est bien menée et complexe et on ne devine pas rapidement la chute. S'il est possible de lire Summit sans avoir lu les 3 premières enquêtes, Mo Malo fait de nombreuses références aux enquêtes précédentes et au passé de son personnage principal.
Alors, plongez dans la glace avec Qaanaaq, Disko et Nuuk - si vous ne l'avez pas encore fait, avant de dévorer Summit !
Édition de La Martinière, 400p, 21 euros

- Expositions en France
A Monaco : Mission Polaire.
Partez en reportage au coeur du monde polaire... 5 étapes vous feront découvrir ses explorateurs, le monde des inuit avec la collection de Jean Malaurie, mais aussi un voyage en immersion et les défis de la recherche scientifique.
Musée océanographique de Monaco.

A Paris, Domaine de Longchamp, Exposition Photos de Vincent Munier.
Les 3 Pôles, Exposition tout public, accès libre. Mercredi au vendredi 12 à18h, samedi et dimanche 11 à 19h.
Fondation GoodPlanet, 1 carrefour de Longchamp, 75116 Paris.

A l'Espace des Monde Polaires Au C½ur des pôles, à Prémanon dans le Jura. Exposition permanente, archives personnelles de Paul Emile Victor et autres explorateurs, et objets inuit.

Attention : la galerie sera fermée du dimanche 24 juillet au mardi 23 août.
Nous vous souhaitons de très bonnes vacances !
> Narval et narluga, Caribous, Album, Courts métrages
Depuis quelques années, un narval vit parmi les bélugas

Depuis 6 ans, un narval est régulièrement aperçu au milieu d'un groupe de bélugas dans le Saint Laurent, à plus de 1000 kilomètres de son habitat habituel, bien plus au nord.
Déjà filmé en 2018, le narval atteint maintenant l'age adulte et devrait pouvoir procréer.
Les scientifiques sont très intéressés par cette hypothétique possibilité et surveillent attentivement le groupe afin de voir si un narluga va naître.
L’existence du narluga est certaine (voir la lettre d'information de juillet 2019) mais il ne constitue pas, pour l'instant, une espèce, car sa capacité à se reproduire n'est pas prouvée.
Si un narluga naissait, il faudrait attendre sa maturité sexuelle (soit une dizaine d'années au moins) pour savoir si il, ou elle, peut se reproduire...
Il faudra donc encore patienter un peu !

Les caribous sous surveillance
Mi-mai, un rapport sur l'état des hardes de caribous de Peary a été rendu public. Le dernier rapport sur cette population datait de 2012.
Le caribou de Peary, nommé en l'honneur de l'explorateur Robert Peary, est le plus petit des caribous d'Amérique du Nord. Il mesure en moyenne 90 cm à l'épaule et pèse une centaine de kilos pour les mâles contre 60 pour les femelles. Les mâles et les femelles ont des bois, mais ceux des mâles sont plus importants.
Il vit très au nord en petits groupes d'une douzaines d'individus et malheureusement son déclin est constant depuis de nombreuses années. Il est actuellement protégé (donc interdit de chasse).
Le travail réalisé pour étudier les caribous a été fait en utilisant les connaissances traditionnelles autochtones et la recherche scientifique.
Une méthode parfaite lorsqu'on cherche à évaluer l'influence de processus très complexes comme les changements climatiques sur les espèces.
Les populations de caribous de Peary sont passés de 36 000 individus en 1960 à moins de 8000 en 1990 et ont continué à décliner ce qui les classifie comme une sous- espèce "en danger".
Afin de protéger les troupeaux, un service de surveillance est mis en place et des cours d'éducation à la chasse ont été instaurés dans certaines communautés en partenariat avec les autochtones.
Comme pour d'autres animaux arctiques, l'impact des modifications climatiques semble probable.
Un Album : Sermilik, là où naissent les glaces
C'est l'été, rafraichissez-vous en lisant le parcours quasi-initiatique de Max, qui a quitté Marseille pour s'installer sur la cote Est du Groenland.
Il y habite depuis 30 ans et a appris des inuit leur mode de vie...
La biographie d'un homme ordinaire qui a choisi de vivre son rêve dans un endroit incroyable
Sermilik, de Simon Hureau (auteur et illustrateur) aux Éditions Dargeau, 24 euros
Dans toutes les bonnes librairies !

Dire, Affirmer, Révéler : 5 Films de (ré)appropriation culturelle, le 9 juin à Paris.
Dans le cadre du Mois National de l'Histoire Autochtone, le Centre Culturel Canadien propose le 9 juin de 20h à 21h30 cinq courts métrages d'animation, dont "Angakukjaujuq - The shaman apprentice" de Zacharias Kunuk.
Depuis quelques années, les réalisateurs et producteurs autochtones investissent le cinéma d'animation pour transmettre leurs valeurs, leurs préoccupations, leur imaginaire...

Plus d'informations et inscription (entrée gratuite sur réservation)....
Centre culturel Canadien
130 rue du Faubourg St Honoré
75008 Paris
> Inuit Nunangat, Biennale de Venise, Bourgogne Tribal Show, Site
L'inuit Nunangat, reconnue à part entière !
Le 21 avril, le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a approuvé une nouvelle politique pour les territoires inuit.
Cette immense zone, composée de 4 régions : le Nunavik (nord du Québec), le Nunavut ainsi que le Nunatsiavut (partie du Labrador) et de la région Inuvialuit ( une partie des territoires du Nord- Ouest et du Yukon) a été reconnue comme une entité géographique, culturelle et politique.
Cette nouvelle politique concerne l'ensemble des programmes, initiatives et services fédéraux, qui sont en vigueur dans la zone et impliquent les inuit. Et elle précise que les décisions pour les inuit ne pourront être prises sans les inuit.... une nouveauté !
Leur mise en oeuvre devrait faire diminuer les inégalités entre le Nord et le Sud...
Par exemple, les données de la Société d'Habitation du Nunavut indiquent que 56% des inuit du territoire vivent dans des habitations surpeuplées... mais seulement une centaine de logements supplémentaires est prévue cette année alors que 300 unités par an, et ce durant une dizaine d'années, seraient nécessaires.
Il faut comprendre que les conditions sont compliquées, avec une très brève saison de construction, des coûts de transport élevés... ce qui rend difficile la résolution du problème.
Et la promiscuité induite se répercute sur le taux de tuberculose (300 fois supérieur au taux enregistré dans le sud).... un autre problème récurrent dans le Nord...

A la Biennale de Venise, Mention Spéciale pour Shuvinai Ashoona,
Lors de la cérémonie de remise des prix durant l'ouverture de la Biennale de Venise, le jury a commenté son travail :
" Shuvinai Ashoona révèle dans ses dessins et peintures une profondeur des cosmogonies indigènes inuk. Une existence dans laquelle les espèces sont interdépendantes les unes des autres et qui n'est pas médiatisée par la colonialité du pouvoir de l'espèce humaine. Reconnaissant les violences de l'entreprise coloniale, Ashoona, dans son travail, propose des possibilités d'échapper au cul-de-sac en se remémorant et en écoutant les connaissances indigènes."
Shuvinai est la troisième artiste inuit à être invitée à la biennale, après Kananginak Pootoogook en 2017 et Isuma en 2019.
Ses oeuvres, intitulées "The milk of dreams", seront visibles du 23 avril au 27 novembre 2022.
Son travail est exposé parmi ceux de 213 artistes dont 180 présentés pour la première fois, venant de 58 pays, pour plus de 1000 oeuvres.
L'institut pour l'Art Contemporain de Miami en Floride a aussi récemment présenté le travail de Shuvinai dans une exposition personnelle.
Un livre "Shuvinai Ashoona - Mapping Worlds" chez Hirmer Publisher est sorti en 2021.

De l'art Inuit au Bourgogne Tribal Show du 19 au 22 mai 2022 !
Pour la première fois, la galerie va y exposer, dans le cadre champêtre de Besanceuil en Bourgogne, à quelques kilomètres de Cluny.
Dans des granges du XVème et du XVIIIème magnifiquement restaurées, entourés par des marchands d'art africain, américain, océanien... ainsi que d'antiquités grecques, romaines, égyptiennes mais aussi d'Asie classique, nous aurons le plaisir de présenter d'exceptionnelles pièces inuit.
Et nous serons ravis de vous y accueillir !
Vous pourrez aussi goûter des vins locaux, car des vignerons de la région proposeront des dégustations sur place ;-)
Des conférences et visites guidées vous permettront de découvrir ces lieux et les magnifiques oeuvres présentées.

Un nouveau site présente la collection de Joram Piatigorsky
Vous y trouverez les oeuvres d'artistes emblématiques ainsi que de nombreuses informations, des liens vers le blog du collectionneur..
https://inuitbeautiful.com/
> Trous, Enseignants, Collection Vatican, Roman
D'immenses trous se forment sous la mer de Beaufort !

Des relevés faits par les chercheurs du Monterey Bay Recherch Institut (USA), grâce aux nouvelles technologies de cartographie sous-marine, montrent de grandes dégradations du pergélisol sous la mer.
Cet état du pergélisol sous l'eau était inconnu jusqu'à très récemment.

Les "trous" sont pour certains de la taille d'immeubles de plusieurs étages, pouvant faire jusqu'à 24 m de profondeur.
Ces travaux, grâce aux données recueillies avec un robot sous- marin et un sonar, à partir de brises-glaces, sont les premiers à documenter ces très nombreux trous, apparus en une dizaine d'années.
En effet, des premières études en 2010 aux derniers relevés en 2019, sur 26 kilomètres carrés, 41 trous pouvant aller jusqu'à 225 mètres de long sur 95 de large ont été repérés.

Si la dégradation du pergélisol de surface est attribuée au réchauffement climatique, les chercheurs du MBARI ne pensent pas que ce soit le cas pour le relief sous-marin.
Pour Charlie Paull, responsable de l'étude," ... les données .. ne montrent pas de tendance au réchauffement à une profondeur de 150m sous l'eau...."

Pour rappel, environ 25% des terres de l'hémisphère nord sont constituées de pergélisol (permafrost en anglais) c'est-à-dire un sol qui ne dégèle pas.


Au Nunavik une nouvelle convention collective

Bientôt, les enseignants et personnels de soutien scolaire, qu'ils viennent du Sud ou qu'ils soient embauchés localement, auront les mêmes avantages.
Jusqu'à présent, les enseignants venant du Sud du Québec avaient des avantages bien supérieurs aux enseignants locaux, avec des indemnités de nourriture, allocation de transport, aide au logement...
Alors même si l'entente de principe ne permet pas une égalité de traitement à 100%, l'écart se comble un peu, pour aller vers une rémunération égale pour travail égal.
Mais cela implique qu'il faudrait que la Commission Scolaire du Nunavik soit aussi exigeante en matière de diplômes pour tous les enseignants, inuit ou non inuit...

"Nous n'avions jamais des conditions égales pour le personnel recruté localement .... les enseignants inuit n'avaient aucun avantage contrairement à ceux embauchés à l'extérieur de notre région et qui ne sont pas inuit" déclare Sarah Aloupa, présidente de Kativik Ilisarnilirniq qui conclut : "Cela permettra peut-être à des inuit, qui se tournaient vers d'autres organisations qui offraient plus d'avantages et de meilleures conditions de travail, de postuler à des emplois dans l'éducation."
Contestation sur les collections du Vatican

Mme Gloria Bell, professeur d'histoire de l'art à l'Université McGill et experte en art canadien, qui travaille sur les collections autochtones au Vatican, conteste le récit officiel.
En effet, dans les années 1920, le pape Pie XI avait demandé aux missions catholiques de lui envoyer des artefacts pour une exposition missionnaire en 1925. Les missions du monde entier avaient donc répondu à la demande et 100 000 objets et ½uvres d'art sont arrivés à Rome. Un grand nombre a été présenté à plus d'un million de visiteurs lors de l'exposition.

Ces objets font maintenant partie de la collection permanente du Vatican. On y trouve par exemple un kayak de l'ouest arctique canadien, un modèle de traîneau à chiens en ivoire, des gants brodés...
Le Vatican affirme que ces artefacts ont été envoyés en cadeau, alors que les recherches de Mme Bell suggèrent que cela n'est pas la réalité, certains autochtones ayant travaillé sous la contrainte pour créer les objets, ou ceux-ci ayant été volés aux communautés, comme par exemple les objets pris après l'interdiction par l'église des Potlatch entre 1885 et 1951 (cérémonie basée sur le don pratiquée par les peuples de la cote Nord-ouest des États-Unis et du Canada )
Des peuples autochtones réclament donc la restitution des oeuvres "offertes"...

Roman policier : " La convergence du loup" de Pascal Hémon

De Paris à l'Arctique canadien en passant par la Californie, le Groenland et les Territoires du Nord-Ouest, un récit haletant qui vous emportera au contact des peuples du Grand Nord pour un voyage initiatique.
L'auteur, Pascal Hémon est ingénieur de recherche au CNRS mais aussi un grand voyageur dans les régions arctiques, qu'il fréquente depuis plus de 20 ans.

Édition L'Harmattan, dans toutes les bonnes librairies ou sur vos plateformes préférées !
Tous les droits d'auteur seront reversés aux Sauveteurs en Mer ( SNSM du Golf du Morbihan ), une raison de plus pour plonger dans ce roman !
Un "Qulliq" géant

Le sculpteur Mattiusi Iyaituk est en train de concevoir un des plus grand "qulliq" jamais fabriqué, afin qu'il accueille les gens dans le hall du futur centre de rétablissement de Kuujjuaq au Nunavik, actuellement en construction.
Dans des sites de fouilles paléoesquimaux des "qulliq" de plus de 3 000 ans ont été retrouvés.
Car durant des millénaires, ceux-ci ont été la seule source de chaleur et de lumière dans les igloos, les maisons semi-souterraines ou les tentes habités par les inuit.
Mais qu'est ce qu'un "qulliq" ??

Ce sont des lampes qui utilisent la graisse et l'huile, le plus souvent de phoque mais aussi de baleine et des lichens en guise de mèche.
De forme semi-circulaire, elles avaient en général une taille de 30 à 60 cm même si de plus petites existaient.

Légèrement creuses, elles devaient être entretenues continuellement pour faire remonter l'huile, à l'aide d'un élément en pierre ou d'un bâtonnet, de la partie creuse jusqu'aux lichens sur le bord ou sur une zone surélevée au milieu (les styles sont légèrement différents entre Arctique canadien, Alaska...).
Le qulliq était posé sur un socle ou des pieds afin que sa chaleur ne fasse pas fondre le sol gelé de l'igloo. C'était le travail des femmes de maintenir cette flamme en vie... jour et nuit !

Dans les mois qui viennent, Mattiusi et d'autres sculpteurs interviendront sur cette ½uvre monumentale, faite dans un bloc de stéatite de plus d'une tonne, provenant de la mine Raglan, située près de Kangiqsujuaq au Nunavik.
Ce bloc de pierre a été transporté par avion à Montréal. Il attend dans un atelier que les restrictions de circulation dues à la Covid permettent aux artistes de se rendre dans le Sud afin de le travailler.
Le qulliq sculpté sera ensuite transporté à Kuujjuak et installé avec un brûleur à gaz qui lui permettra de briller en continu, sans que des femmes aient besoin de s'en occuper...


Un jeu vidéo sur l'Arctique : "Inua, a story in Ice and Time"

Mélangeant légendes inuit et faits historiques, le jeu se déroule sur plusieurs siècles.
Le point de départ est l'expédition Franklin, probablement une des plus longues énigmes maritimes !
Partis d'Angleterre en 1845, deux navires disparaissent quelques mois plus tard. Il faudra plus de 150 ans pour en retrouver les épaves...
Roman interactif, Inua permet au joueur de trouver des indices dans les différents environnements présentés. Des fenêtres temporelles laissent découvrir ce qui est arrivé aux différents personnages du jeu.
D'une esthétique épurée, ce conte a été écrit en collaboration avec Thomassie Mangiok, le créateur du jeu Nunami et a eu pour conseillers Monica Ittusardjuat et le grand artiste du Labrador Billy Gauthier.

Disponible sur PC, Mac, Nintendo, iOS et Android, dès 12 ans.
Sur le même thème, une BD : Franklin - Les Prisonniers de l'Arctique

Par Michel Durand (Scénario et dessin), Christian Boucq (couleurs) et Stéphane Dugast (dossier historique).
Michel Durand retrace le destin tragique des équipages de l'Erebus et du Terror, partis de la Tamise en 1845, afin de trouver le passage du Nord-Ouest....
Edition Glénat 64 pages couleurs. Dans toutes les bonnes librairies.


"La légende du narval" et "Les Harmonies Invisibles"

Laurent Marie dédicacera le livre illustré par l'artiste inuit Andrew Quappik "La Légende du Narval" le samedi 12 à 16h30 durant le Salon de la Plongée, Stand B12
Film et Conférence en présence de Laurent Marie le 11 mars à 13h.
Parc des Expositions, Pavillon 5, Porte de Versailles à Paris - 11 au 14 mars.
Le DVD est toujours disponible à la galerie.


Exposition photos : Inuit, les déracinés de la géopolitique polaire

de Laurence Fischer. L'exemple de Grise Fiord, Qaanaaq et Ittoqqortoormiit
Du 1er au 29 mars, Bibliothèque du centre ville, 10 rue de la République, Grenoble. Entrée libre.


Colloque "Les régions polaires : quels enjeux pour l'Europe ?"

Organisé par Pôles Actions les 11 et 12 mars à la Cité des Sciences et de l'Industrie, Paris.
Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles
Programme sur : Cité des sciences
> Femme d'influence, Caribous, Harfang, Arctic Blues
Une inuit parmi les femmes influentes au Canada !

En mars 2022, Siila (Sheila) Watt-Cloutier, née le 2/12/1953, va recevoir un prix dans le cadre du "Top 25 Women of Influence awards" pour ses contributions exceptionnelles en tant que défenseur de l'environnement, de la culture et des droits de la personne.

Née dans le nord du Québec, à Kuujjuak, anciennement connu sous le nom de Old Fort Chimo, Siila a été élevée par sa mère et sa grand-mère de façon traditionnelle, avant d'être envoyée par le gouvernement canadien dans une famille blanche en Nouvelle-Écosse à 10 ans, puis dans le système des pensionnats à l'âge de 12 ans...

"Le système des pensionnats était difficile et je devais survivre. J'ai puisé ma force dans ce que j'avais appris de ma mère et de ma grand-mère afin d'aider les autres".
Retournée à l'âge de 18 ans dans son village, Siila travaille d'abord dans les centres de santé comme interprète, puis à la commission scolaire du Nunavik après avoir suivi une formation aux fonctions de conseiller à Montréal.
Élue à la tête de la société Makivik, en 1995, elle se concentre sur la façon d'aider les jeunes à gérer les changements rapides de la société inuit et les faiblesses des systèmes d'éducation.
Elle rejoint ensuite le Conseil Circumpolaire Inuit (CIC) qui représente environ 165 000 inuit au Canada, en Alaska, au Groenland et en Russie, ce poste faisant d'elle la défenseur et la protectrice des droits des inuit à l'échelle internationale.

Siila a joué un rôle essentiel dans les négociations aux Nations Unies qui ont interdit l'utilisation de polluants organiques persistants, avant de lancer la première action en justice liant le changement climatique aux droits de l'Homme.
Son livre sur le sujet " The right to be cold" 2015, ("Le Droit au Froid" traduction parue en 2019) est de renommée internationale.
"Mon objectif est de continuer à humaniser le changement climatique !"

Siila a obtenu de nombreux prix et récompenses, dont Champion de la Terre de l'ONU, Officier de l'Ordre du Canada, Right Livelihood Award... ainsi que plusieurs doctorats Honoris Causa.


Vie des caribous

Une nouvelle étude donne des informations importantes sur les caribous.
En Alaska, des caméras GPS ont été posées entre 2018 et 2019, sur une trentaine de femelles caribous de la harde Fortymile, troupeau circulant entre l'est de l'Alaska et le Yukon.
La population de ce troupeau a beaucoup évolué depuis un siècle. Actuellement, elle est estimée à environ 80 000 animaux.
Les plus de 18 000 vidéos étudiées par les chercheurs montrent que les animaux ont passé en moyenne 43% de leur temps à manger. Cela a permis de voir que les caribous ont une alimentation variée, des lichens aux arbustes, en fonction de la saison.

Précédemment, les études étaient menées sur les matières fécales des caribous, afin de connaître leur alimentation. Mais les vidéos montrent qu'il y avait des failles dans cette façon d'étudier. En effet, les arbustes étant beaucoup plus digestes, les excréments en rendaient moins compte.
Les arbustes, et surtout leurs feuilles, sont précieux pour les caribous, malgré la présence de tanin qui inhibe la digestion des protéines.
Cette étude révèle que les inquiétudes concernant la propagation des plantes ligneuses vers le nord en raison du réchauffement n'est peut-être pas si dramatique que cela.
Par contre, la présence d'insectes, augmentée par le réchauffement, est bien visible sur les vidéos !
Les caribous, qui passaient 43% de leur temps à manger, n'en passent plus que 10% lorsque le harcèlement des insectes augmente, avec un pic en juillet.
Ce qui est inquiétant pour les femelles qui mettent bas, et doivent alimenter leur petit tout en engraissant pour affronter les mois d'hiver....
Un harfang à Washington !

A la mi-janvier, un harfang des neiges a été observé dans la capitale américaine.
Habituellement, ces rapaces ne vont que très rarement plus bas que la frontière entre le Canada et les États-Unis.
Une visite très spéciale, que le réseau eBird, alimenté par les ornithologues amateurs, a signalée à sa communauté.
De très nombreux photographes se sont donc installés à proximité de la gare de Washington... où le harfang a trouvé des proies, la zone étant infestée de rats.

Avec ses ailes immenses, cet oiseau fascine les amateurs, qui peuvent le cocher dans leur carnet d'observation, alors qu'ils pensaient, pour la plupart, ne jamais pouvoir se rendre en Arctique un jour pour l'observer !


"Arctic Blues" à Rennes

Chercheurs et artistes s'associent pour montrer la beauté des pôles et les dangers qui les menacent : photographie, vidéo, installation, écriture, création sonore, musique et fresque scientifique...

Exposition jusqu'au 24 avril 2022
Salle Anita Conti
Les Champs Libres, 10 cour des Alliés 35000 Rennes
Entrée libre
> Confinement, Castors, températures record...
Confinement du Nunavut fin décembre !

En raison d'une forte hausse du nombre de cas COVID dans plusieurs communautés, le Nunavut a ordonné un confinement complet du territoire depuis le 24 décembre.
Tout rassemblement public y est interdit et seuls les commerces essentiels sont ouverts.
Les écoles n'ouvriront que le 10 janvier, les restaurants ne peuvent servir qu'à emporter...

Le Nunavut avait déjà connu le confinement le plus sévère de l'Amérique du nord d'après le Dr Alvarez, chercheur travaillant sur la tuberculose, ce qui avait diminué les efforts visant à réduire celle-ci.
Les logements étant très petits pour des familles nombreuses et les températures ne permettant pas d'aérer assez souvent, mais aussi le "détournement" des fonds alloués à la tuberculose vers la lutte contre le Covid risquent de faire exploser cette maladie.
Avant la pandémie de COVID, la fréquence de la tuberculose au Nunavut était plus élevée que dans de nombreux pays africains ou d'Asie du Sud-Est !
A défaut d'un énorme effort, la réalité pourrait rattraper le Canada qui peut difficilement ignorer les traumatisme du passé dus à la tuberculose !

La député Néo-démocrate Lori Idlout, elle-même positive, bien que doublement vaccinée, a partagé son diagnostique sur les réseaux sociaux, afin d'exhorter la population à continuer à se faire vacciner et à se protéger.
Un moment difficile à passer alors que les festivités durant la période de Noël sont importantes pour le moral de la population !
Il faut rappeler qu'en cette fin décembre les heures de jours sont très réduites : à Iqaluit par exemple, le soleil se lève vers 9h30 et se couche avant 14h alors qu'à Taloyoak il ne se lèvera pas avant la mi-janvier !
Le castor en Arctique !

Selon une étude de la NOAA (Agence américaine d'observation Océanique et Atmosphérique) le castor se trouve dans des régions de plus en plus nordiques et en modifie les écosystèmes.
L'imagerie satellite a été utilisée pour observer les modifications engendrées par ces rongeurs dans la toundra arctique en Alaska et dans le nord Ouest Canadien.
En comparaison avec des photographies aériennes depuis les années 1950 - où il n'y avait aucun étang, les chercheurs ont remarqué que ces zones ont doublé durant les 20 dernières années.
Dans le delta du Mackenzie, dans les Territoires du Nord-Ouest au Canada, les recherches indiquent aussi une forte augmentation des zones colonisées.
Il faut se rappeler que la limite des arbres est haute en Alaska et à l'ouest du Canada, ce qui permet aux castors de construire des barrages sur l'eau. Ces barrages pourraient modifier la qualité de l'eau, le nombre de poissons en aval et la circulation des bateaux...
.......
L'étude explique aussi que l'augmentation des eaux de surface augmente la fonte du pergélisol, qui libère à son tour des gaz à effet de serre, du méthane et du dioxyde de carbone.
plus d'infos : Beaver Engineering: Tracking a New Disturbance in the Arctic (noaa.gov)

Et presque 20° en Alaska en décembre !
Un record de température a été enregistré en décembre sur l'archipel de Kodiak en Alaska avec 19,4° au lieu des 1 à 3° attendus. Pour information, les températures moyennes annuelles sont de 8° en Alaska !
Le mois de décembre y est en général froid et sec. Cette année avec la douceur exceptionnelle des températures, les pluies torrentielles se multiplient, la neige fond puis regèle pendant les nuits pour transformer les routes en patinoire... Une situation difficile pour tous.
Alors qu'il a fait jusqu'à - 30° dans l'ouest des États-Unis, avec plus de 70 cm de neige au nord de la Californie. Des inversions de températures incroyables !

Nous vous souhaitons une très belle et douce année 2022 !